Cette semaineLes invitésLe catalogueLes épisodes

Thomas, Bjarke et les autres...

Cette semaine, plongez dans un drame familiale intense avec Thomas Vinterberg, bâtissez le futur avec Bjarke Ingels et Kaspar Astrup Schröder, détroussez les passants avec Clément Cogitore et Robert Bresson, célébrez le printemps tout en poésie avec Hugh Harman et Rudolf Ising...

Mais avant que vous fassiez votre propre voyage, laissez-nous vous raconter quelques curiosités sur ces Curiosity.

Les films

Introduction des films de la semaine

de Lubna Playoust

Laissez-nous vous présenter le programme de la semaine, et vous glisser quelques curiosités.
Découvrir

Submarino

de Thomas Vinterberg

Thomas Vinterberg nous rassure : sa vie de famille a toujours été très heureuse. Cependant, les familles dysfonctionnelles l’ont toujours captivé, que ce soit dans "Festen" (1998) ou "Submarino". Les membres de notre cercle familial sont les personnes les plus importantes de notre existence ; or nous ne les choisissons pas. Pour Thomas Vinterberg, ce paradoxe est une source inépuisable d'inspiration.

Déconseillé aux moins de dix ans

Découvrir

Big Time : dans la tête de Bjarke Ingels

de Kaspar Astrup Schröder

Un portrait intime de la star mondiale de l’architecture contemporaine, le danois Bjarke Ingels. Jeune homme, Bjarke Ingels rêvait de créer des dessins animés. Aujourd’hui, il est reconnu comme « l’une des 100 personnalités les plus influentes au monde » par Time Magazine.
Découvrir

To Spring

de Hugh Harman et Rudolf Ising

L'hiver touche à sa fin. Il est temps de redonner à la forêt ses couleurs chatoyantes du printemps. Telle est la mission d'une joyeuse bande de lutins.

En collaboration avec Lobster Films

Découvrir

Clément Cogitore à propos de "Pickpocket"

de Robert Bresson

Ecoutez Clément Cogitore évoquer avec ardeur le chef-d’œuvre de Robert Bresson, "Pickpocket" : film froid, à vif, et en même temps ballet virtuose.
Découvrir
Jeudi prochain !
Abdellatif Kechiche face à l'histoire

Les épisodes

mk2 vous propose aussi

Trois couleurs

Les chutes chez Robert Bresson

Ce motif discret revient sans cesse dans l’œuvre du cinéaste, la preuve par l’image. La chute peut aussi drôle, improbable, introduire une rupture de ton dans un récit grave. Le fracas d’un objet, d’un miroir brisé, annonce souvent l’effondrement d’un corps, la mort. Chez Bresson, on déchire beaucoup de lettres, qu’on jette au feu dans un mouvement furieux et précis, pour balayer le malheur, on casse des verres comme si le mauvais sort était déjà une fatalité.

La curiosité est tout sauf un vilain défaut - inscrivez vous à la newsletter

Un algorithme ne propose que ce que vous aimez déjà, nous vous proposons ce que vous n'aimez pas encore. Recevez chaque semaine des films à regarder où vous le voulez.

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur