Alice Comedies

de Walt Disney

À propos de ce programme

La série des "Alice Comedies" est la toute première création des studios Disney. Pour la première fois, Walt Disney imagine un processus qui va devenir une de ses marques de fabrique : le mélange entre prises de vue réelles et animation. La jeune Alice, incarnée successivement par plusieurs actrices, vit de folles aventures dans un univers de cartoons en compagnie de son ami le chat Julius. C’est un succès immédiat et le public est conquis.

Dans ce programme, retrouvez :

"Alice Picks the Champ" : Un ours baraqué tient la vedette du match de boxe et met KO tous ses adversaires, ce qui fait frémir le chat d'Alice venu relever le défi. Mais contre toute attente, c'est Julius qui gagne, au grand soulagement de son amie.
"Alice Gets Stung" : Alice et son chat apprennent à leurs dépens qu'il ne faut pas embêter les animaux, qu'ils soient lapin ou ours.
"Alice Plays Cupid " : Une jeune chatte fait tout son possible pour que le beau maître-nageur tombe sous son charme.
"Alice’s Tin Pony" : Alice et son chat sont conducteurs de train. Celui-ci transporte un précieux chargement qui attise la convoitise de dangereux bandits.



Découvrir les films de l'épisode

En collaboration avec

À l'affiche

  • Margie GayAlice

Autour du film

Retrouvez les aventures d'Alice et bien d'autres en édition DVD chez Lobster Films

Découvrir le DVD

En images

mk2 vous propose aussi

Trois couleurs

Danielle Arbid, une jeunesse nineties

Dans "Un homme perdu" , Danielle Arbid met en scène un photographe occidental qui promène son regard avide d’exotisme sur le Moyen-Orient. La cinéaste a réalisé en quelque sorte le négatif de ce film avec "Peur de rien" qui se penche sur l’errance parisienne d’une adolescente libanaise en exil, Lina.

Lire l'entretien sur troiscouleurs.fr

Marin Karmitz, œuvres intimes

« Au cinéma, j’ai produit des films dont personne ne voulait. En art, j’ai cherché des œuvres dont personne ne parlait. » C’est ainsi que Marin Karmitz, producteur (de Claude Chabrol, Krzysztof Kieślowski ou encore Abbas Kiarostami) et fondateur de la société mk2, évoque ce qui l’a guidé dans la constitution de sa vaste collection d’œuvres d’art, commencée au début des années 1980 : un goût pour le défrichage, la découverte.

Lire l'entretien

La curiosité est tout sauf un vilain défaut - inscrivez vous à la newsletter

Un algorithme ne propose que ce que vous aimez déjà, nous vous proposons ce que vous n'aimez pas encore. Recevez chaque semaine 5 films à regarder où vous le voulez.

Gérer mes newsletters
Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales
Notre histoireNotre visionPolitique de confidentialité MK2Espace presseMentions légales & CGUCGVContacts

Retrouvez-nous sur