Cette semaineLes invitésLes collections

La Boîte à coquineries

À propos de ce programme

Avertissement : pour un public averti, ne convient pas aux jeunes spectateurs.

Découvrez "Une Joueuse Enragée" (1905), "Why Girls Walk Home" (1925), "Le Pompier des Folies Bergère" (1928) et "The Apple Knockers and the Coke" (1948)

Parce qu’il était caché, bien souvent tourné dans l’illégalité, on a tendance à penser qu’il n’y avait guère de cinéma érotique et pornographique avant l’explosion des années 1970. C’est mal connaitre ces petits films qui existent depuis les débuts du cinéma. On peut voir des films à la fois coquins et bien ancrés dans leur époque. On croise ainsi Joséphine Baker dans "Le Pompier des Folies Bergère" tandis que "The Apple Knockers and the Coke" est une rêverie érotique qui dévergonde un des symboles de l’American Way of Life : une bouteille de Coca-Cola.

À première vue, "The Apple Knockers and the Coke" semble être un petit film sans grande envergure, conçu pour se rincer l’œil. Mais cette splendide jeune femme à l’écran nous semble familière… Selon la légende de l'époque, celle qui s’amuse avec une pomme et une bouteille de Coca-Cola serait Norma Jeane Mortenson, la future Marilyn Monroe. Une information qui sera ensuite démentie.

En collaboration avec

Autour du film

Découvrez les 5 films que nous vous proposons dans cet épisode

"Paris nous appartient" de Jacques Rivette
"Le Petit Lord Fauntleroy" de John Cromwell
"La Boîte à Coquineries"
"Réconciliation : le miracle de Mandela" de Michael Henry Wilson
"Les Moomins et la Chasse à la Comète" de Maria Lindberg

Découvrir l'épisode

En images

mk2 vous propose aussi

Trois couleurs

Quand le cinéma d’auteur flirte avec le porno

Dès ses débuts, le cinéma a été créé pour exciter l’œil et offrir au spectateur une expérience de voyeur protégé. « Le cinéma a remplacé le peep-show » rappelle le chercheur Pierre Berthomieu. « On s’installe dans une salle comme on s’installait dans une cabine pour regarder une femme se déshabiller. . Comme dit Godard : “Au cinéma, on voit une fille, et hop, elle est nue.” »

Lire l'article

Agnès Varda, corps sensibles

En 2018, Nicolás Longinotti (qui édite des supercuts pour le site de TroisCouleurs), consacrait une vidéo au mystère des corps dans le cinéma d’Agnès Varda, qui nous a quittés il y a un an, le 29 mars 2019. Émue, peut-être parce qu’il avait été sensible au caractère secrètement charnel de son travail, elle lui a proposé de monter son dernier film, Varda par Agnès. Nous prolongeons ici sa vidéo par le texte pour creuser davantage comment la cinéaste s’est dévoilée à travers les corps des autres et la mise en scène du sien, dans une sensualité qui touche toujours à l’intime.

Lire l'article

La curiosité est tout sauf un vilain défaut - inscrivez vous à la newsletter

Un algorithme ne propose que ce que vous aimez déjà, nous vous proposons ce que vous n'aimez pas encore. Recevez chaque semaine 5 films à regarder où vous le voulez.

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur