À la uneLes invitésLe catalogueLes épisodes

Le Centaure et l'Animal

de Bartabas et Constance Vargioni

À propos de ce programme

« Bartabas, cavalier solaire, aime reprendre les mots d’Arthur Rimbaud pour qualifier ses aventures hors-pistes et aller ainsi "trafiquer dans l’inconnu". On ne saurait mieux dire pour présenter « Le Centaure et l’animal », pas de deux entre Bartabas et le danseur japonais Ko Murobushi.

De ce bestiaire fantastique vont naître des visions sidérantes comme cet homme-cheval, ces pluies de cendres, ce corps argenté à la souplesse feutrée, ces ailes déployées sur une monture. « Le Centaure et l’animal » ne ressemble à aucun spectacle connu à ce jour. Aux frontières des genres, il s’impose comme un opéra des corps, humain et animal, d’un envoûtement certain. »

Philippe Noisette

Découvrir les films de la collection Bartabas

crédit photo © Nabil Boutros

En collaboration avec le Théâtre Zingaro

Pour aller plus loin

Retrouvez le film en édition DVD

Découvrir le DVD chez Bartabas

En images

mk2 vous propose aussi

Trois couleurs

Dans l’intimité d’Entretiens silencieux, le nouveau spectacle de Bartabas

Depuis trente-cinq ans, Bartabas s’est taillé une place à part dans le spectacle vivant avec ses grandes mises en scène qui coordonnent avec maestria chevaux, écuyers et danseurs. En parallèle, il est aussi l’auteur de spectacles plus intimes où il poursuit sa quête obsessionnelle pour enfin saisir l’essence du lien si particulier qui unit l’homme et le cheval. Entretiens silencieux s’inscrit dans cette veine.

Lire l'article

L’art des faux-semblants chez Claude Chabrol

Le réalisateur de Masques cachait bien son jeu. L’image du Chabrol rigolard et bon vivant ne doit pas faire oublier son obsession pour la nature humaine dans ce qu’elle a de plus trouble. L’apparente simplicité de sa mise en scène recèle toujours une implacable précision et un art de placer le spectateur face à une réalité complexe, mouvante, dérangeante. Célébré pour sa peinture des faux-semblants de la bourgeoisie, en particulier à travers ses films des années 1960 et 70 (La Femme infidèle, Les Noces rouges), Chabrol montre que, quelle que soit sa classe sociale, on peut avoir envie de se cacher, que ce soit par honte, comme Sophie (Sandrine Bonnaire), la bonne de La Cérémonie qui dissimule son analphabétisme, ou par jeu, comme Victor et Betty (Michel Serrault et Isabelle Huppert), le tandem d’escrocs de Rien ne va plus.

Lire l'article

La curiosité est tout sauf un vilain défaut - inscrivez vous à la newsletter

Un algorithme ne propose que ce que vous aimez déjà, nous vous proposons ce que vous n'aimez pas encore. Recevez chaque semaine des films à regarder où vous le voulez.

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur