Cette semaineLes invitésLes collections

Les Fiancés du pont Mac Donald

de Agnès Varda

À propos de ce programme

Synopsis : un jeune homme voit la vie en noir quand il porte des lunettes noires. Il lui suffit de les ôter pour que les choses s’arrangent.

Découvrir les films de la collection Varda

Retrouvez les courts-métrages d'Agnès Varda en édition DVD chez Ciné-Tamaris

En collaboration avec

À l'affiche

  • Jean-Luc Godard
  • Anna Karina
  • Jean-Claude Brialy
  • Sami Frey
  • Eddy Constantine

Autour du film

Un film dans le film

Les Fiancés du pont Mac Donald n’est pas vraiment un court métrage à part entière mais plutôt un film dans le film. En 1962, Agnès Varda insère cette petite séquence burlesque avec Jean-Luc Godard et Anna Karina dans Cléo de 5 à 7
Agnès Varda était particulièrement fière de ce petit film burlesque dans lequel elle parvint à dévoiler les beaux yeux de Jean-Luc Godard, lui donnant un faux air de Buster Keaton. En 2017, la cinéaste ravivait ce souvenir dans Visages Villages par le biais de l’artiste JR, qui coréalisait le film avec elle, et à qui elle trouvait justement des airs de Godard dans Les Fiancés du pont Mac Donald. S’ensuivait la tentative d’une rencontre entre les deux hommes…

Vous voulez en savoir plus?

En images

mk2 vous propose aussi

Trois couleurs

Agnès Varda : l’art de la déambulation

« Si on ouvrait les gens, on trouverait des paysages. Moi, si on m’ouvrait, on trouverait des plages », disait Agnès Varda dans Les Plages d’Agnès. Dans ce documentaire sorti en 2008, la grand-mère de la Nouvelle Vague racontait sa vie et son parcours au cinéma à travers les espaces maritimes qu’elle a arpentés, qui l’ont fascinée et l’ont façonnée: les côtes belges de son enfance, les quais de Sète de son adolescence, l’île de Noirmoutier où son compagnon Jacques Demy l’emmenait en vacances…

Lire l'article

L’art des faux-semblants chez Claude Chabrol

Le réalisateur de Masques cachait bien son jeu. L’image du Chabrol rigolard et bon vivant ne doit pas faire oublier son obsession pour la nature humaine dans ce qu’elle a de plus trouble. L’apparente simplicité de sa mise en scène recèle toujours une implacable précision et un art de placer le spectateur face à une réalité complexe, mouvante, dérangeante. Célébré pour sa peinture des faux-semblants de la bourgeoisie, en particulier à travers ses films des années 1960 et 70 (La Femme infidèle, Les Noces rouges), Chabrol montre que, quelle que soit sa classe sociale, on peut avoir envie de se cacher, que ce soit par honte, comme Sophie (Sandrine Bonnaire), la bonne de La Cérémonie qui dissimule son analphabétisme, ou par jeu, comme Victor et Betty (Michel Serrault et Isabelle Huppert), le tandem d’escrocs de Rien ne va plus.

Lire l'article

La curiosité est tout sauf un vilain défaut - inscrivez vous à la newsletter

Un algorithme ne propose que ce que vous aimez déjà, nous vous proposons ce que vous n'aimez pas encore. Recevez chaque semaine 5 films à regarder où vous le voulez.

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur