La sélection de la semaineLes invitésLes collections

Les Kennedy (1/4) : Primary

de Robert Drew

À propos de ce programme

En 1960, Robert Drew, journaliste américain et pionnier du « cinéma vérité », reçoit un accès direct à John Fitzgerald Kennedy. Il le filme durant toute sa campagne présidentielle et jusqu’au bureau ovale. De cette collaboration découleront quatre films remarquables et extrêmement intimes, que nous vous présenterons tout au long des prochains épisodes - "Primary" sur la campagne présidentielle de 1960 ; "Adventures on the New Frontier" sur les premiers jours à la Maison Blanche ; "Crisis", sur le combat du président pour l’intégration de deux étudiants noirs dans l’université d’Alabama ; et le dernier film, "Faces of November", hommage poétique après l’assassinat de JFK en 1963.

Robert Drew et son équipe de cameramen de choc allaient transformer le cinéma documentaire : équipe réduite, caméras légères, zéro lumière artificielle, tournage sur le vif au plus près des protagonistes et de la foule. Ils participeront à la naissance d’un nouveau genre : le cinéma direct. Les représentants de cette tendance (Donn Alan Pennebaker, Frederick Wiseman…) s’imposent bientôt comme les plus grands documentaristes des États-Unis.


Découvrir les films de cet épisode

Pour aller plus loin

Retrouvez tous les épisodes de la saga des Kennedy à la location :

Adventures of the New Frontier

Crisis : Behind a Presidential Commitment

Faces of November

En images

mk2 vous propose aussi

Trois couleurs

Pablo Larraín, façonner l'histoire

A priori, le grand poète chilien Pablo Neruda et l’ex-première dame des États-Unis Jackie Kennedy ont peu en commun. Et pourtant. Sous l’œil du Chilien Pablo Larraín (Tony ManeroNoEl Club), qui consacre à ces deux icônes deux passionnants anti-biopics, il y a chez eux le même désir de marquer l’histoire de leur empreinte. Hasard du calendrier, les deux films sortent en France à un mois d’intervalle. L’occasion de faire dialoguer les motifs de Neruda et Jackie avec le metteur en scène virtuose.

Lire l'entretien

Frederick Wiseman : « Je ne demande qu’une chose : pouvoir tout filmer, absolument tout »

Cinq décennies à radiographier la machine Amérique dans tous les sens, en auscultant au plus près du corps ses institutions – et donc ses mythes. Avec City Hall, le cinéaste nonagénaire braque ainsi son stéthoscope sur Boston, petite fille modèle des États-Unis, où il capte le pouls encore tenace des vieux idéaux progressistes. À quelques semaines des élections présidentielles américaines, Frederick Wiseman aurait-il un message à faire passer ?

Lire l'entretien

La curiosité est tout sauf un vilain défaut - inscrivez vous à la newsletter

Un algorithme ne propose que ce que vous aimez déjà, nous vous proposons ce que vous n'aimez pas encore. Recevez chaque semaine 5 films à regarder où vous le voulez.

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur