La sélection de la semaineLes invitésLes collections

Merci pour le chocolat

de Claude Chabrol

À propos de ce programme

André Polonski, pianiste virtuose, et Mika Muller, PDG des chocolats Muller, se sont mariés à Lausanne. Auparavant, André a épousé Lisbeth dont il a eu un fils, Guillaume. Le jour de ses six ans, alors qu’ils étaient de passage en Suisse chez Mika, Lisbeth s’est tuée dans un accident de voiture.

La jeune Jeanne Pollet, qui prépare le concours de piano de Budapest, apprend qu’elle aurait été échangée le jour de sa naissance avec Guillaume. L’infirmière aurait interverti les bracelets des deux bébés. A la recherche de ses origines et d’un mentor, l’ambitieuse débutante tente de s’approcher du maître. Cette intrusion va ébranler l’édifice familial.

Découvrir les films de la collection

Casting

  • Isabelle HuppertMarie-Claire Muller dite Mika
  • Jacques DutroncAndré Polonski
  • Anna MouglalisJeanne Pollet
  • Brigitte CatillonLouise Pollet

Pour aller plus loin

Retrouvez le film en édition DVD chez Carlotta

Découvrir le film

En images

mk2 vous propose aussi

Trois couleurs

L’art des faux-semblants chez Claude Chabrol

Le réalisateur de Masques cachait bien son jeu. L’image du Chabrol rigolard et bon vivant ne doit pas faire oublier son obsession pour la nature humaine dans ce qu’elle a de plus trouble. L’apparente simplicité de sa mise en scène recèle toujours une implacable précision et un art de placer le spectateur face à une réalité complexe, mouvante, dérangeante. Célébré pour sa peinture des faux-semblants de la bourgeoisie, en particulier à travers ses films des années 1960 et 70 (La Femme infidèle, Les Noces rouges), Chabrol montre que, quelle que soit sa classe sociale, on peut avoir envie de se cacher, que ce soit par honte, comme Sophie (Sandrine Bonnaire), la bonne de La Cérémonie qui dissimule son analphabétisme, ou par jeu, comme Victor et Betty (Michel Serrault et Isabelle Huppert), le tandem d’escrocs de Rien ne va plus.

Lire l'article

Le cinéma vegan

« A veggie burger, please. » "Boyhood" (2014) touche à sa fin, Mason passe discrètement commande. Étalé sur douze ans d’adolescence texane, ce récit initiatique voit soudain un choix de hamburger traduire l’émancipation d’un jeune homme vis-à-vis de sa famille. Le réalisateur Richard Linklater ne s’y trompe pas : on pense souvent à définir les personnages de cinéma par le costume ou le maquillage qu’ils portent, mais ce qu’ils mangent ne devrait-il pas compter tout autant ?

La curiosité est tout sauf un vilain défaut - inscrivez vous à la newsletter

Un algorithme ne propose que ce que vous aimez déjà, nous vous proposons ce que vous n'aimez pas encore. Recevez chaque semaine 5 films à regarder où vous le voulez.

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur