Cette semaineLes invitésLes collections

Omelia Contadina

de JR et Alice Rohrwacher

À propos de ce programme

POUR LANCER LES SOUS-TITRES : APPUYEZ SUR LE BOUTON [CC]

L’origine du projet remonte à l’automne 2019. Alors que JR et Alice Rohrwacher se promènent à la frontière entre l'Ombrie, le Latium et la Toscane, elle lui fait part de ses inquiétudes quant à la destruction du paysage local, défiguré par les monocultures intensives imposées par les multinationales du secteur agroalimentaire. En tant que fille d'apiculteur, Alice Rohrwacher est particulièrement sensible à la disparition massive d'insectes qu'entraînent de tels changements. Elle lui parle également du combat que mènent certains petits agriculteurs contre ces nouvelles manières de cultiver, qui usent et abusent des insecticides pour obtenir de meilleurs rendements et une rentabilité maximale.

Alice Rohrwacher raconte ensuite : « À un moment, nous nous sommes arrêtés à un carrefour. Dans chaque direction, nous n’apercevions plus que des rangées de noisetiers à perte de vue. Le paysage ressemblait étrangement à un cimetière militaire. Sur le chemin du retour, nous nous sommes dits qu’en réponse à ce paysage désolant, nous devions organiser un enterrement, celui de l’agriculture traditionnelle. Mais ce devait être un enterrement plein de vie, comme un hymne d'espoir dédié à ceux qui nous maintiennent en vie jour après jour, en produisant la nourriture que nous mangeons. ».

Alice Rohrwacher et JR reviennent dans la région début novembre 2019 et mettent leur projet à exécution. Les portraits immortalisés par JR de 2 agricultrices et de 2 agriculteurs, porte-étendards de l’agriculture traditionnelle, sont imprimés sur des grandes bâches, que les agriculteurs du plateau de l’Alfina, ainsi que des habitants des villages de Castel Giorgio et d’Onano portent lors d’une procession filmée, au son d’une fanfare traditionnelle locale. Les portraits sont ensuite déposés dans des tombes creusées dans les champs appartenant aux agriculteurs. Des éloges funèbres sont prononcés et les tombes sont rebouchées, marquant ainsi la fin du film et celle de l’enterrement symbolique.

Crédits photo : Dario Sforza - Elisa Cortese - Emanuele La Barbera © JR

En collaboration avec

À l'affiche

  • les habitants du plateau de l'Alfina

Autour du film

Pour en savoir plus sur le projet OMELIA CONTADINA

En savoir plus

En images

mk2 vous propose aussi

Trois couleurs

Agnès Varda et JR : le grand entretien complice

"Quand j’ai découvert le film "Mur murs" (1980), j’ai tout de suite senti un écho incroyable avec mon travail. Agnès filmait des gens qui n’avaient pas la parole et qui peignaient de grandes fresques sur les murs."

Lire l'entretien sur troiscouleurs.fr

Heureux comme Lazzaro d’Alice Rohrwacher : pas si simple

Dans le hameau italien de l’Inviolata, un groupe de paysans inféodés à une marquise qui gère une fructueuse plantation de tabac vivent dans des conditions extrêmement modestes. Parmi eux, Lazzaro, garçon à la naïveté presque christique, se lie d’amitié avec l’oisif fils de la propriétaire.

Lire la critique sur troiscouleurs.fr

La curiosité est tout sauf un vilain défaut - inscrivez vous à la newsletter

Un algorithme ne propose que ce que vous aimez déjà, nous vous proposons ce que vous n'aimez pas encore. Recevez chaque semaine 5 films à regarder où vous le voulez.

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur