La sélection de la semaineLes invitésLes collections

Paranoid Park

de Gus Van Sant

À propos de ce programme

Pour les acteurs de Paranoid Park, Gus Van Sant souhaitait des adolescents non professionnels. Il se lance dans un casting peu conventionnel, entre posts sur MySpace et petites annonces dans les magasins de skate. C'est par ce dernier biais que Gabe Nevins se présente à une audition, pour faire de la figuration dans les scènes de skate. Conquis par son naturel et son air faussement indifférent, Gus Van Sant lui offre le premier rôle.

Synopsis : Alex, jeune skateur, tue accidentellement un agent de sécurité tout près du skatepark le plus mal famé de Portland, le Paranoid Park. Il décide de ne rien dire…

Voir le bonus de Luc Lagier : Dans le labyrinthe : Parcours dans l'œuvre de Gus Van Sant



Découvrir les autres films de l'épisode

Casting

  • Gabe NevinsAlex
  • Jake MillerJared
  • Taylor MomsenJennifer

Pour aller plus loin

Prix du 60e anniversaire au Festival de Cannes en 2007, ce teen-movie virtuose, quasi mutique, immerge le spectateur dans l’esprit torturé d’un ado responsable d’un accident.
Tout comme Elephant – avec qui il forme une tétralogie sur la jeunesse désœuvrée aux côtés de Gerry et Last DaysParanoid Park de Gus Van Sant s’ouvre sur la géographie crépusculaire de Portland. Un pont monstrueux à cheval entre deux rives, étrangement serein mais rendu inquiétant par la musique métallique de Nino Rota. C’est que cette petite ville banale abrite un drame silencieux. Alex, un jeune skateur renfermé sur lui-même, tue accidentellement un agent de sécurité près de la voie de chemin de fer… D’abord dans le déni, il prend conscience de son acte à travers les images de télévision. Dès lors, tout le film, sorte de kaléidoscope mental composé de bribes de souvenirs, tendra à la résolution de cette image originelle traumatisante, que le personnage lui-même a refoulé.

Lire la suite sur Trois Couleurs

En images

mk2 vous propose aussi

Trois couleurs

Agnès Varda et JR : le grand entretien complice

JR : « En voyant "Visages villages", j’ai beaucoup pensé à "Mur murs" (1980), documentaire d’Agnès sur les murals de Los Angeles dans lequel il était question d’images monumentales peintes dans la ville. »

La curiosité est tout sauf un vilain défaut - inscrivez vous à la newsletter

Un algorithme ne propose que ce que vous aimez déjà, nous vous proposons ce que vous n'aimez pas encore. Recevez chaque semaine 5 films à regarder où vous le voulez.

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur