À la uneLes invitésLe catalogueLes épisodes

Plaisir d'amour en Iran

de Agnès Varda

À propos de ce programme

Plaisir d’amour en Iran est une variation sur les émois amoureux de Pomme et Ali Darius (dans L’une chante l’autre pas), mais il peut être aussi la rêverie de n’importe quel couple d’amoureux dans les lieux aussi parfaits que la Grande Mosquée du Roi à Ispahan, point de jonction de l’art sacré et de l’art profane.

Découvrir les films de la collection Varda


Retrouvez les courts-métrages d'Agnès Varda en édition DVD chez Ciné-tamaris



Crédit photo : Ciné-tamaris

En collaboration avec Ciné-tamaris

Casting

  • Valérie MairessePomme
  • Ali RaffiAli Darius

Pour aller plus loin

Sensuel et malicieux, un court-métrage à voir et à revoir sans modération
Ispahan, en Iran, à la fin des années 1970. Deux amoureux s’échangent en voix-off des mots doux, puis charnels, dans des décors orientaux sublimes, ronds et voluptueux. Elle est Française, lui est Iranien. Elle est rousse, lui très brun. Un point de départ très simple, comme souvent chez la géniale et regrettée Agnès Varda, qui prend ici un malin plaisir à confectionner à partir de cette matière des images d’une sensualité désarmante…

Vous voulez en savoir plus ?

En images

mk2 vous propose aussi

Trois couleurs

Agnès Varda, corps sensibles

En 2018, Nicolás Longinotti (qui édite des supercuts pour le site de TroisCouleurs), consacrait une vidéo au mystère des corps dans le cinéma d’Agnès Varda, qui nous a quittés il y a un an, le 29 mars 2019. Émue, peut-être parce qu’il avait été sensible au caractère secrètement charnel de son travail, elle lui a proposé de monter son dernier film, Varda par Agnès. Nous prolongeons ici sa vidéo par le texte pour creuser davantage comment la cinéaste s’est dévoilée à travers les corps des autres et la mise en scène du sien, dans une sensualité qui touche toujours à l’intime.

Lire l'article

Frederick Wiseman : « Je ne demande qu’une chose : pouvoir tout filmer, absolument tout »

Cinq décennies à radiographier la machine Amérique dans tous les sens, en auscultant au plus près du corps ses institutions – et donc ses mythes. Avec City Hall, le cinéaste nonagénaire braque ainsi son stéthoscope sur Boston, petite fille modèle des États-Unis, où il capte le pouls encore tenace des vieux idéaux progressistes. À quelques semaines des élections présidentielles américaines, Frederick Wiseman aurait-il un message à faire passer ?

Lire l'entretien

La curiosité est tout sauf un vilain défaut - inscrivez vous à la newsletter

Un algorithme ne propose que ce que vous aimez déjà, nous vous proposons ce que vous n'aimez pas encore. Recevez chaque semaine des films à regarder où vous le voulez.

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur