Cette semaineLes invitésLes collections

Popeye Special

de Dave Fleischer

À propos de ce programme

Pas besoin de vous présenter Popeye ? 90 ans, marin bourru aux gros bras, susceptible, qui part au quart de tour et qui s’enfile une boite de conserve d’épinard dès qu’il s’énerve. Et comme il le dit si bien : « I am what I am and that’s what I am ! » Intemporel et drôle, un bon compagnon de voyage.

À l'affiche

  • Jack MercerPopeye
  • Margie HinesOlive
  • Carl MeyerAladdin

Autour du film

Dans ces trois dessins-animés gorgés d’énergie et de couleurs, l’inénarrable Popeye se frotte avec la vitalité qui le caractérise aux univers d’Aladdin (Popeye The Sailorman: Meets Ali Baba’s Forty Thieves, 1937 ; Popeye The Sailorman: Aladdin and His Wonderful Lamp, 1939) et de Sinbad le marin (Popeye The Sailorman: Meets Sinbad the Sailor, 1936), mastodonte barbu qui lui donne pas mal de fil à retordre. Accompagné de ses acolytes, et gardant toujours près de lui ses mythiques conserves d’épinard, le marin multiplie les cascades acrobatiques pour notre plus grand plaisir.

Il faut dire que le personnage de Popeye est assez irrésistible. Créé au début du XXe siècle dans le comic strip The Thimble Theater par Elzie Crisler Segar, il est très vite devenu populaire auprès des lecteurs. Mais c’est dans la petite lucarne qu’il a connu la gloire. Séduits par sa gouaille, son agilité, sa pipe au bec et son menton proéminent, les frères Fleischer, qui dirigeaient en 1933 la plus grande firme de production de dessins-animés des États-Unis, ont fait de ce marin borgne, ronchon et égoïste une immense star, contre-modèle du gentil et propret Mickey Mouse. Sa popularité fut telle que pendant l’entre-deux-guerres, après la crise de 1929, les autorités américaines ont utilisé son image pour vendre… des épinards (la viande se faisant de plus en plus rare). C’est ainsi que sont nés les fameux épinards magiques ! On vous laisse découvrir les aventures de cette tête brûlée qui en a dans le ventre [...]

En savoir plus

En images

mk2 vous propose aussi

Trois couleurs

Annie Ernaux

De son style ciselé, à l’os, Annie Ernaux retraçait sa liaison brûlante avec un homme marié dans "Passion simple", paru en 1992. Au fil de son œuvre, la grande écrivaine a travaillé de son écriture méthodique, dénuée d’effusions, des souvenirs intimes, pour en faire surgir une vertigineuse dimension sociologique. "Passion simple" vient d’être transposé à l’écran par Danielle Arbid dans un film à la fois sobre, fiévreux et viscéral. On a saisi l’occasion pour interroger l’écrivaine de 80 ans, blottie dans sa maison à Cergy-Pontoise, sur son rapport au cinéma et à l’époque.

Lire l'entretien sur troiscouleurs.fr

"L’Amour à la mer", premier film évanescent de Guy Gilles

"L’Amour à la mer" (1964) sonde l’abîme qui sépare deux amants, un marin au sourire triste qui vient finir son service militaire à Brest et une secrétaire prise dans l’agitation et les fantasmes de Paris. Rêverie calme sur une relation qui s’étiole dans la distance, cette première œuvre de Guy Gilles ("Absences répétées", "Le Clair de terre") est à découvrir de toute urgence.

Lire la critique sur troiscouleurs.fr

La curiosité est tout sauf un vilain défaut - inscrivez vous à la newsletter

Un algorithme ne propose que ce que vous aimez déjà, nous vous proposons ce que vous n'aimez pas encore. Recevez chaque semaine 5 films à regarder où vous le voulez.

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur