Un Homme perdu

de Danielle Arbid

À propos de ce programme

Avertissement : Le climat général et certaines scènes du film sont susceptibles de perturber les plus jeunes spectateurs.

Danielle Arbid est d’origine libanaise et vit en France depuis sa jeunesse. Sa relation au Liban n'est pas simple, parce que ses films ont souvent maille à partir avec la censure. Trop politiques, la plupart sont interdits au moins de dix-huit ans. "Un Homme perdu" s’est même vu refuser totalement son visa d’exploitation. Qu’elle porte atteinte aux bonnes mœurs ou à la sécurité nationale, Danielle Arbid préfère en rire, considérant presque flatteur « d’être à ce point considérée dangereuse ».

Synopsis : Thomas Koré, photographe français, parcourt le monde à la recherche d’expériences extrêmes. Son chemin croise celui de Fouad Saleh, un homme étrange à la mémoire défaillante. Le Français va tenter de découvrir son histoire et de s'immiscer avec lui au cœur d’un Orient sulfureux et secret.

Découvrir les films de l'épisode

Ce film s'inspire de la vie et de l'œuvre du photographe Antoine d'Agata. Vous pouvez également retrouver son court métrage "La Vie nue" réalisé pour la 3e scène de l'Opéra de Paris, notre invité.

À l'affiche

  • Melvil PoupaudThomas Koré
  • Alexander SiddigFouad Saleh
  • Darina Al JoundiNajla Saleh
  • Yasmine Lafittela fille marocaine

Autour du film

Naviguant sans cesse en eaux troubles, ce road-movie magnétique signé par la réalisatrice française d’origine libanaise Danielle Arbid (Peur de rien ou prochainement Passion simple) est à voir gratuitement sur mk2 Curiosity jusqu’au 14 janvier.

Photographe français en quête de sensations extrêmes, Thomas Koré (Melvil Poupaud) pose ses valises en Jordanie, où il croise la route de Fouad Saleh (Alexander Siddig), un homme étrange qui semble amnésique. Tout en invitant celui-ci à découvrir les plaisirs de la nuit, Koré tente d’en savoir plus sur son passé…

Inspirée par le parcours et l’univers du photographe français Antoine d’Agata, dont l’œuvre sensuelle et noctambule est née du hasard des rencontres faites à travers le monde, Danielle Arbid signe un film qui, sous des dehors froids et minimalistes, questionne intelligemment les rapports qu’entretiennent mémoire, identité et corps, à travers la rencontre de deux hommes aussi différents que ressemblants (l’un a le verbe facile et des penchants voyeuristes, l’autre, quasi mutique, se fond dans des lieux qu’il traverse comme un fantôme).

Ralentis teintés d’étrangeté, dialogues empêchés, scènes de sexe exposées crûment dans des décors impersonnels… Sous influence du cinéma cryptique et érotico-mortifère d’Antonioni (Blow Up, Profession : Reporter), Un homme perdu matérialise avec force le caractère morbide du désir, le pouvoir malsain des images qui poussent ses personnages nomades dans leurs sombres retranchements. Débarrassé de toute idéalisation, très dépouillé et incisif, le film prend des allures de conte philosophique. « Voyager dans notre monde, c’est voyager entre les morts », formule joliment une femme que Koré rencontre dans la dernière partie. Ce qui sied parfaitement à ce récit en forme de perpétuelle fuite en avant.

En savoir plus

En images

mk2 vous propose aussi

Trois couleurs

Danielle Arbid, une jeunesse nineties

Dans "Un homme perdu" , Danielle Arbid met en scène un photographe occidental qui promène son regard avide d’exotisme sur le Moyen-Orient. La cinéaste a réalisé en quelque sorte le négatif de ce film avec "Peur de rien" qui se penche sur l’errance parisienne d’une adolescente libanaise en exil, Lina.

Lire l'entretien sur troiscouleurs.fr

Alice Guy : 6 raisons de découvrir cette pionnière du cinéma

Qui se souvient d’Alice Guy-Blaché ? En 1894, cette Française a 21 ans quand Léon Gaumont l’embauche comme secrétaire. C’est le début d’une carrière impressionnante : d’abord opératrice de prise de vue, elle devient vite réalisatrice, et bientôt productrice parmi les plus influentes d’Amérique. Son œuvre novatrice et inspirante a été récemment réhabilitée dans le documentaire Be Natural de Pamela B. Green. L’occasion de revenir sur les inventions de cette pionnière, souvent attribuées à ses assistants (comme Louis Feuillade, qu’elle embauche en 1905 chez Gaumont), voire à son mari.

Lire l'article

La curiosité est tout sauf un vilain défaut - inscrivez vous à la newsletter

Un algorithme ne propose que ce que vous aimez déjà, nous vous proposons ce que vous n'aimez pas encore. Recevez chaque semaine 5 films à regarder où vous le voulez.

Gérer mes newsletters
Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales
Notre histoireNotre visionPolitique de confidentialité MK2Espace presseMentions légales & CGUCGVContacts

Retrouvez-nous sur