À la uneLes invitésLe catalogueLes épisodes

Philippe Apeloig

A l’occasion des Journées du Patrimoine, mk2 Curiosity a le plaisir d’accueillir Ces murs qui nous font signe, court métrage de Philippe Apeloig qui retrace l'histoire de son installation à venir sur les murs du Panthéon.

----------------------------

Auteur du livre Enfants de Paris 1939-1945
édité aux Éditions Gallimard en 2018 et créateur de l’installation Ces murs qui nous font signe, Philippe Apeloig est né à Paris en 1962. Après avoir étudié à l’École supérieure des arts appliqués Duperré et à l’École nationale supérieure des arts décoratifs (Ensad), il se consacre particulièrement à la typographie, complétant sa formation à Los Angeles et à la Villa Médicis, à Rome.

Enseignant en France et aux États-Unis, Philippe Apeloig a travaillé avec de nombreuses institutions culturelles (Musée d'Orsay, Manufacture de Sèvres, Louvre Abu Dabi) ainsi que la Maison Hermès et conçoit la mise en page de livres d’art.

Le musée des Arts décoratifs à Paris lui a consacré une exposition rétrospective, Typorama, en 2013. Le Stedelijk Museum d’Amsterdam a ensuite exposé son travail, sous le titre Using Type. D’autres expositions ont suivi : à Tokyo (GGG Ginza Graphic Gallery), à Aix-en-Provence, à Madrid et à Mexico.

Ces murs qui nous font signe

de Philippe Apeloig

Ce court-métrage présente l’installation du graphiste Philippe Apeloig : « Ces murs qui nous font signe ». Au Panthéon, les 16, 17, 18 septembre 2021 de 20h à minuit, les photographies de plus de mille plaques commémoratives parisiennes de la Seconde Guerre mondiale seront projetées sur les murs extérieurs du monument. Denis Podalydès lit un texte de Philippe Apeloig, accompagné en musique par Noëmi Waysfeld.
Découvrir

Les épisodes

mk2 vous propose aussi

Christophe Honoré : « Tout se serait effondré si j’avais choisi quelqu’un d’autre pour incarner le metteur en scène. »

L’été dernier, malgré le Covid et la fermeture des théâtres, Christophe Honoré et la troupe de la Comédie-Française décidaient de poursuivre les répétitions d’une pièce inspirée du troisième tome d’A la recherche du temps perdu de Marcel Proust – et surtout de raconter cette expérience dans un film, Guermantes, qui est présenté en avant-première mondiale cette semaine au festival de Deauville et sort le 29 septembre. En résulte une autofiction libre et indisciplinée sur Proust, les acteurs et le désir de créer, où le cinéaste se demande comment l’art peut répondre à cette morne période, cherchant du côté de la désinvolture, de la sensualité, de la contradiction ou de l’inachèvement. Rencontre.

Agnès Varda in California

Mai 1968. La France bouillonne de révolte, et les cinéastes de la Nouvelle Vague, en solida­rité avec les mouvements étudiants et ouvriers, empêchent la diffusion des films au Festival de Cannes. Au même moment, Agnès Varda tourne des films aux États-Unis. Elle est accompagnée par Jacques Demy, qui vient de signer un contrat avec la Columbia pour réaliser Model Shop. Attentive à d’autres boulever­sements politiques sur lesquels elle pose son regard lucide et pétillant, la cinéaste est soudain plongée dans une Amérique au climat très « sex and politics ».

Lire l'article

La curiosité est tout sauf un vilain défaut - inscrivez vous à la newsletter

Un algorithme ne propose que ce que vous aimez déjà, nous vous proposons ce que vous n'aimez pas encore. Recevez chaque semaine des films à regarder où vous le voulez.

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur