À la uneLes invitésLe catalogueLes épisodes

Sandór Waïss

Musicien et réalisateur, Robin alias Sandór Waïss est un artiste polyvalent. Invité de Curiosity, il nous parle de son film Broken Blue, un court-métrage qui interroge la condition humaine et que nous mettons en lumière cette semaine.

___


Broken Blue
s’écoute autant qu’il se regarde. Pourriez-vous nous expliquer comment s’est passée la collaboration entre le Robin musicien et le Robin réalisateur ?


Ca s’est fait assez naturellement dans la mesure où assez vite j’ai conçu ce film comme une œuvre musicale et cinématographique. Je n’avais pas vraiment cette dichotomie en tête, et je ne voulais surtout pas que la vidéo soit simplement un prétexte à l’illustration d’une chanson. Je voulais que les deux dimensions de l'œuvre se nourrissent, se répondent l’une avec l’autre, et parcourent les mêmes sujets, la même sensibilité et les mêmes affects.

Comme pour le clip de Kill You, vous avez fait le choix du plan séquence pour chacun des trois actes de votre film. Pourquoi ?


Le choix du plan séquence pour Kill you s’est fait de manière assez naturelle dans la mesure où l’acte II a été écrit comme le point d’orgue dramatique du court-métrage. Et justement, je voulais que ce point d’orgue soit comme un moment suspendu dans le temps, un moment où les tensions, les émotions, et les attentes se cristallisent. Et pour accompagner ça à l’écran, il me semblait que le meilleur moyen de le traduire dans la mise en scène était l’absence de coupes et le plan séquence.

Dans votre court-métrage, en prise directe avec l’immensité de la nature, chacun des individus que vous filmez semble interroger sa place et son rapport au monde. Diriez-vous que ce questionnement existentiel est le fil rouge de votre travail ?


Oui bien sûr, le fil rouge des titres et du court-métrage est la condition humaine. Ce que je voulais représenter, c’est la difficulté de l’individu qui est jeté au monde dans un contexte qui le dépasse, qui est pris dans des rapports de force, dans des courants, et qui malgré tout doit y trouver sa place. Et je voulais vraiment retranscrire ce tiraillement interne de l’individu qui doit réconcilier la beauté du monde, de l’environnement, des liens familiaux, des liens humains avec tout ce que le monde contient d’arbitraire, d'injuste et de violent.

Quels sont les cinéastes qui vous inspirent en tant que réalisateur ?


Je pourrais en citer beaucoup, mais les réalisateurs qui m’ont le plus inspiré et façonné sont les frères Coen, Paul Thomas Anderson, Martin McDonagh et Terrence Malick.

Pour terminer, pouvez-vous nous dire quelle est la dernière curiosité que vous ayez vue ?


La dernière curiosité que j’ai vue est Décision to leave, de Park Chan-wook, dont la photographie, la mise en scène, le montage étaient vraiment sublimes.

Broken Blue

de Sandór Waïss

Broken Blue est un voyage musical et cinématographique autour de la condition humaine. Une expérience inédite entre pop et cinéma, sur une tonalité à la fois sublime et tragique. Une méditation sur un monde dont la beauté et le mystère nous dépassent.

En partenariat avec Sony Music

Découvrir

Les épisodes

mk2 vous propose aussi

Curiosity

ROUGES. Histoires de couleurs

La curiosité est tout sauf un vilain défaut - inscrivez vous à la newsletter

Un algorithme ne propose que ce que vous aimez déjà, nous vous proposons ce que vous n'aimez pas encore. Recevez chaque semaine des films à regarder où vous le voulez.

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur