Nous avons sélectionné pour vous des histoires dans lesquelles les femmes renversent la table. Elles y font voler en éclats les codes du patriarcat en chahutant les représentations habituelles des personnages féminins au cinéma. Vous croiserez la route de l’impressionnante Isabelle Huppert, patronne d’une prestigieuse fabrique de chocolat suisse, à la fois puissante, machiavélique et désespérée dans l’un des meilleurs films de Claude Chabrol - à visionner gratuitement pendant 7 jours. Depuis sa première rencontre avec le réalisateur en 1978 dans “Violette Nozière”, l’actrice n’a cessé d’incarner pour lui des femmes au centre du jeu, courageuses (“Une affaire de femmes”, 1988), et toujours en quête d’émancipation (“Madame Bovary”, 1991). Cette affirmation et cette reprise du pouvoir ne se fait pas sans violence, comme dans “La Cérémonie” (1995) ou dans ce glaçant “Merci pour le chocolat” (2000). Une bad girl par excellence qui envoie bouler tous les clichés habituels. Isabelle Huppert a donc évidemment toute sa place dans notre collection de films créée spécialement pour l'occasion.

Vous ferez également connaissance avec la cinéaste-corsaire Nelly Kaplan, disparue en 2020. En 1991, elle partait à l’abordage du mythe de Don Juan, qu’elle pulvérisait doucement mais sûrement dans “Plaisir d’amour”. Faites aussi une petite escale en compagnie du “Marin masqué” de Sophie Letourneur, réalisatrice libre et décomplexée qui renouvelle avec malice et drôlerie le traitement des personnages féminins dans ce court métrage à découvrir jusqu’au 6 avril. N'oublions pas non plus les œuvres en tous points dissidentes et pionnières d’Agnès Varda, de Germaine Dulac, d’Alice Guy, de Babette Mangolte… Autant de bad girls qui, devant et derrière la caméra, continuent de faire bouger les lignes.